Archives pour la catégorie Travaux collectifs

RAMSES 2007

Comme les 24 éditions précédentes, Ramses 2007 est l’encyclopédie annuelle de l’actualité internationale.

Une appréhension globale et méthodique du monde et de ses enjeux

  • Les Perspectives de Thierry de Montbrial, directeur général de l’IFRI, ouvrent le rapport par une synthèse sur l’année écoulée, couvrant l’ensemble du champ des relations internationales.
  • Les 13 chapitres étudient systématiquement les interactions entre l’Europe et le monde. Au moment où l’Union européenne traverse une crise majeure, il apparaît essentiel de situer le plus clairement possible notre continent sur une planète en pleine révolution. Ces chapitres s’interrogent tant sur les défis de l’Europe face à tel ou tel problème mondial (sécurité, gouvernance économique, etc.) que sur les rapports de l’Europe avec telle ou telle grande région (ex-Union soviétique, Moyen-Orient, etc.).

Un instrument de travail

  • Les 38 entrées du Panorama examinent de manière brève mais exhaustive soit l’évolution d’un pays au cours de l’année écoulée (Afghanistan, Algérie, etc.), soit une question importante (altermondialisme, antiterrorisme, etc.).
  • Statistiques, annexes documentaires, cartes et chronologies complètent la partie Repères de ce rapport qui est clos par un index méthodologique détaillé.

Un outil complet, facile à utiliser pour l’étudiant, l’enseignant, le chef d’entreprise, le journaliste, le diplomate, ou tout simplement pour celui qui veut comprendre notre monde et ses mutations.

Dictionnaire de stratégie

Thierry de Montbrial et J. Klein, (ed.)

PUF, Paris, 2000, 2ème ed. 2006

Entrées : “Psychological operations”, “German”, “Prussian” and “Chinese theoreticians”, “Military alliances”, “Chemical and biological weapons”, “Battles”, “Blockades”, “Clausewitz, “Crises” (in Cuba and Yugoslavia), the “Culture of war”, “Demography and war”, “Regional disarmament”, “Diplomacy”, “Deterrence”, “Legality of warfare”, “Humanitarian law in wartime”, “Military education”, “Banning nuclear tests”, “Foch”, “Special forces”, “Fortifications”, “Frederick II”, “Charles de Gaulle”, “Geostrategy”, “Guerrillas”, “Economic warfare”, “Holy war”, “Infiltration”, “Lawrence of Arabia”, “Logistics”, “Machiavelli”, “Militarism”, “Napoleon”, “Neutrality”, “Conscientious objection”, “European order”, “NATO”, “Pacifism”, “Principles of warfare”, “Prisoners of war”, “Power”, “Intelligence”, the US concept of “Revolution in Military Affairs”, “Military Revolutions in Ancient Times”, “Collective security”, “Military sociology”, the “Stockholm Appeal”, “Strategy”, “Commercial strategy”, “Tactics”, “Terrorism”, “Game theory”, Trotsky, “Military use of outer space”…. Ce dictionnaire va au-delà des simples questions militaires. Il est construit autour de principes, de théories et de types de stratégie conçus en tant qu’action humaine ultime, délibérée et délicate.

L’identité de la France et l’Europe

Thierry de Montbrial et S. Jansen (eds.)

Bruylant, Brussels

Au XIXe siècle, Victor Hugo écrivait « La France deviendra l’Europe ». Autant prophétie que profession de foi, cette sentence européenne et patriote prend aujourd’hui une résonance particulière. En faisant un bond sans précédent dans la dernière décennie du XXe, la construction européenne a certes créé une communauté de destins entre les nations du continent mais elle a également réveillé la peur. Peur de l’autre, peur de soi, peur d’un lendemain, dont on ne dessine pas les contours dans un environnement dilaté aux dimensions de l’économie-monde. Jamais peut-être les discours sur l’exception française n’ont été aussi nombreux et les interrogations sur l’identité nationale aussi fortes. Qu’est-ce qu’être français en 2005 et, au-delà, comment définir l’identité, trop souvent résumée à quelques clichés datés? La France est-elle soluble dans l’Europe? Comment structurer la cohabitation des souverainetés et des appartenances, bref comment incarner la devise de l’Europe « Unie dans la diversité » ? Telles sont quelques unes des questions, auxquels sept éminents spécialistes issus de domaines variés (droit, relations internationales, sciences politiques, philosophie, histoire, littérature), tentent, à un moment crucial pour la France et pour l’Europe, d’apporter des réponses.

Pratiques de la négociation

Thierry de Montbrial et S. Jansen (ed.)

Bruylant, Bruxelles

« Négocier sans cesse, ouvertement ou secrètement, en tous lieux, encore même qu’on n’en reçoive pas un fruit présent et que celui que l’on peut attendre à l’avenir ne soit pas apparent, est chose du tout nécessaire pour le bien des Etats ». Cette recommandation de Richelieu est d’une brûlante actualité et elle s’applique à l’ensemble des unités actives du système international, qu’il s’agisse des Etats, des entreprises, des organisations émanant de la société civile ou même des individus.

Qu’est-ce que négocier ? Peut-on apprendre à négocier ? Négocie-t-on aujourd’hui comme on négociait à l’époque de Louis XIV ? Sept éminents spécialistes dans des domaines aussi variés que les relations internationales, la diplomatie, l’histoire, la banque, l’industrie ou la justice apportent des réponses à ces interrogations qui déterminent la vie quotidienne des citoyens.

Réformes – Révolutions : le cas de la France

PUF, Paris

Peut-on réformer la France ? Est-elle capable de s’adapter à des réalités souvent perçues comme des atteintes à son identité ? Le culte de la Révolution, fondateur de la démocratie et de la République, a contribué à sacraliser la violence comme mode légitime de gestion politique. En 1989, François Furet annonçait la fin d’une certaine exception française en affirmant :  » La Révolution est finie. »

Pourtant, on le constate aujourd’hui plus que jamais, faire des réformes suppose une série de conditions. Il faut élaborer un diagnostic – que faut-il réformer ? – administrer la bonne thérapie et obtenir d’abord l’assentiment puis la coopération des acteurs sociaux, souvent rétifs à la remise en cause des acquis de tous ordres. C’est à cette passionnante dialectique entre évolution progressive et transformation radicale en France que se sont intéressés, sans négliger l’approche comparatiste, six éminents spécialistes réunis en octobre 2002 à la Fondation Singer-Polignac.